1911banniere_site_avent_final2.jpg

 

1911bouton web denier orange      

14/12/2019

1908carmel

Echanges 24 amis des deux groupes Amitié Espérance du diocèse, qui rassemblent des personnes éprouvées par la souffrance psychique ou liée à un état dépressif, ont été accueillies au Carmel de Pontoise. Echange avec les sœurs.

 

 

Le carmel c’est quoi ?
Le début de la journée fut marqué par un lumineux échange avec une sœur du carmel de Pontoise.
« Pour définir le carmel ? a-t-elle commencé, une seule chose à dire.. : C’est une histoire d’amour ! On y entre par amour, on y reste par amour, et parfois aussi on en sort, et c’est une bonne chose plutôt que de faire de la dépression »

Une longue histoire qui traverse les siècles et les pays
La sœur retrace d’abord la longue histoire du carmel fondé par des ermites à la fin du 12ème siècle en Palestine, pour se transformer peu à peu en ordre monastique. Une importante réforme sera menée en Espagne par Thérèse d’Avila au 16ème siècle, pour faire retrouver au carmel sa règle d’origine. En France, Mme Acarie, future Sœur Marie de l’Incarnation, fut appelée à faire de même. Avec le carmel de Paris – disparu à la révolution, celui de Pontoise, fut le premier de France, est aujourd’hui le plus ancien et perdure grâce au soutien de sœurs brésiliennes.

Les trois promesses des sœurs
Les sœurs carmélites, après de nombreuses années de réflexion, de prière et de discernement communautaire, observent trois promesses : la pauvreté, d’abord, qui est « plutôt la simplicité, la sobriété. Nous avons à manger tous les jours ! ». Ensuite, la chasteté qui consiste à « apprendre à aimer ». Pas facile de cohabiter avec de jeunes sœurs d’une autre culture, d’une autre langue. « Mais pour le Seigneur, je le fais ! » affirme notre interlocutrice avec un large sourire. Enfin, l’obéissance - que l’on doit à toutes les sœurs. Je peux vous dire que j’ai désobéi.. par exemple quand une sœur me disait de faire la vaisselle de telle manière. J’ai un âge où je sais faire la vaisselle… Mais après coup, je sais que j’aurais dû obéir..

Une vie de travail et de prière, jour et nuit avec le Seigneur
La vie de tous les jours est une vie de prière et de travail : en dehors de la messe et des offices journaliers, nous avons deux heures d’oraison par jour, prière silencieuse – qui dure jour et nuit, car on est toujours avec le Seigneur. C’est avec lui qu’on est le mieux ! Quand on fréquente quelqu’un à force on le connaît bien, et il se crée une confiance, quelque chose d’unique. Le Seigneur veut qu’on lui parle. A force, c’est comme s’il était toujours à côté de moi. Au fil du temps, on est porté, tout est possible. C’est un grand mystère. Dieu nous connaît mieux que nous-mêmes. Ce qu’on lui dit ? On lui partage notre vie, comme cette petite fille qui avait fait sa première communion et que sa maman n’arrivait pas à enlever du Saint Sacrement. Que disais-tu donc à Jésus ? « Je lui racontais l’histoire du petit chaperon rouge, pour lui faire plaisir.. Et je n’avais pas fini quand tu es venue me chercher ! ». Quand ça ne va pas, se dire que tout passe. « La patience obtient tout. Dieu seul suffit » disait Thérèse d’Avila.

Un mystère que l’appel de Dieu
La vocation ? Là aussi, l’appel de Dieu est mystérieux… Une de nos sœurs, a reçu cet appel en CM1… puis a vécu sa vie, s’est mariée, …. et est devenue carmélite des années après ! Quant à moi, je ne suis pas un modèle.. Mais les pêcheurs que nous sommes ne sont pas coupables ! D’ailleurs, c’est ce que je dirai au Seigneur en arrivant près de Lui.. J’ai été appelée à 18 ans. J’aimais Jésus, je priais. Mais mon père a décidé que je devais être institutrice et j’ai du obéir. J’ai été heureuse dans ce métier avec les enfants. Les années passaient. Mon père est décédé, ma mère était malade et je ne me voyais pas l’abandonner pour entrer dans un monastère. Suite à son décès est revenu plus fort mon souhait d’être consacrée. Mais où ? Après avoir visité de nombreux monastères de tous ordres, je suis allée voir au carmel et à l’intérieur de moi, j’ai su que ma place était là, que c’est là que je serais le plus libre ! C’était il y a une trentaine d’années et j’en ai aujourd’hui plus de 80..

Quelques questions...
Ce qui m’est le plus difficile ? Baisser la voix, ne pas parler fort… Je viens du Sud et j’aime parler !
Si j’ai été amoureuse ? Par deux fois, j’aurais pu, mais à chaque fois, les circonstances m’ont appelée ailleurs ..
Le travail ? Nous faisons de la broderie pour les ornements sacerdotaux, ou encore des confitures. Nous vendons aussi des objets de nos sœurs brésiliennes.
Des contacts avec les autres carmels ? Non, car nous ne sortons pas. Mais quelle joie quand cela m’est arrivé !
La culpabilité ? C’est un piège dont nous devons nous débarrasser. Elle nous empêche d’avancer. Nous sommes déjà pardonnés. Il nous faut prier et encore prier pour retrouver la paix. Et avancer !

Quelques réactions des visiteurs..

• Cette sœur est une femme juste. Et qui aide.
• Elle m’a illuminée. Elle aide à réfléchir, à cheminer
• Elle nous a passé le message que tout est possible quand on a l’amour en nous, quand on l’accueille.
• A son époque les femmes n’étaient pas libres, comme les handicapés aujourd’hui. La sœur aurait voulu aller contre son père.
• On entend souvent que notre religion est une religion archaïque. On voit que non. L’amour ça me parle. C’est à notre portée.
• J’ai aimé quand la sœur a dit qu’on est tous pêcheurs, qu’on n’est pas parfaits. Et qu’on ne doit pas se sentir coupables. C’est souvent mon cas.
• Oui, nous sommes tous pardonnés, car Jésus est ressuscité et nos péchés ont été détruits une fois pour toutes. Regardons plutôt Celui qui nous aime.
• Ça m’a touchée aussi de voir toute sa bonne volonté à s’adapter à des sœurs d’autres culture, parlant une autre langue, mangeant différemment. Elle disait «Nos sœurs brésiliennes sont venues avec leurs différences, mais elles sont venues nous soutenir »
• C’est incroyable de penser qu’on profite encore aujourd’hui de cette effervescence spirituelle du 17ème siècle, avec toutes ces grandes figures spirituelles. Nous sommes leurs héritiers ! Et quand on croit qu’on retourne en arrière, qu’il n’y a plus de place pour les chrétiens, quand on se dénigre, nous avons tort. Plein de belles choses sont en germe.

 

Avant de se séparer, les participants ont partagé des ballons gonflables, symboles de la légèreté et de la force de l’Esprit qui nous donne de reprendre souffle. Tous se sont engagés à prier à une heure fixe de la journée pour plusieurs amis du groupe dont ils ont tiré au hasard les prénoms. Ainsi durant le temps de l’été, ils seront en lien, en union de prière les uns avec les autres...

 

En savoir plus sur « Amitié Espérance - Arc en Ciel » : 

Amitié-Espérance-Arc-en-Ciel propose une présence auprès de personnes éprouvées par la souffrance psychique ou liée à un état dépressif.
Le mouvement rassemble des personnes qui témoignent de l’amitié et de l’Espérance au cœur même de leur fragilité. Il se veut un lieu d’accueil, d’écoute, de partage, de rencontres, au travers des expériences de la vie ordinaire.
Il permet de cheminer au sein d’un groupe, composé d’accompagnants et de personnes fragiles. L’isolement peut ainsi être brisé. Le groupe est un espace convivial où chaque personne est accueillie, écoutée... Pour que chacune conserve toute sa dignité et prenne sa place dans la société et dans l’Eglise.
Ce mouvement diocésain est sous la responsabilité du Service de la Pastorale de la Santé du diocèse de Pontoise.

CONTACT : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Août 2019

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

bouton evangile

trois evangiles audio

bouton family

cal evenement

 

cal formation

samedi 28 décembre
TAIZÉ EUROPE (PÈLERINAGE DE CONFIANCE SUR LA TERRE)
TAIZÉ EUROPE (PÈLERINAGE DE CONFIANCE SUR LA TERRE) En priorité pour ...
vendredi 10 janvier
PERSONNES HOMOSEXUELLES : GROUPE DE PARTAGE
"Chemins d'unité" : Groupe de partage pour personnes homosexuelles pro...
samedi 18 janvier
FORMATION POUR LES COORDINATEURS DE LA CATÉCHÈSE
FORMATION POUR LES COORDINATEURS DE LA CATÉCHÈSE Animée par l’équipe ...
samedi 18 janvier
WEEK-END DE RESSOURCEMENT À LA BASILIQUE DE MONTMARTRE
WEEK-END DE RESSOURCEMENT À LA BASILIQUE DE MONTMARTRE : « ENSEMBLE AU...