2010reco vie consacree une

Vie consacrée La crise sanitaire et ses nombreuses contraintes n’ont pas découragé les religieuses, religieux et consacré(e)s du Val-d’Oise : ils ont vécu, comme prévu leur temps de récollection… Au programme : confiance et espérance !

 

La crise du coronavirus et ses nombreuses contraintes sanitaires n’ont pas réussi à décourager les religieuses, religieux et consacrés du Val-d’Oise, ni à supprimer cette récollection annoncée depuis belle lurette. Et, reflet lumineux de l’enthousiasme de cette quarantaine de Consacrés, un beau soleil d’automne fait scintiller la moindre goutte de rosée de la propriété des Pères Pallottins à Osny qui nous accueille, autour de notre pasteur, Mgr Stanislas Lalanne.

Masques, gel et distanciation sont de rigueur mais n’altèrent pas la joie des retrouvailles autour d’un café fumant. Après un beau chant à l’Esprit Saint, l’énergique promesse d’Ezéchiel d’ouvrir nos sépulcres et de nous faire revivre nous met au diapason avec la Parole de notre évêque : « Confiance, n’ayez pas peur. » Une parole à écouter en stéréo pour qu’elle produise des harmoniques différentes de celles que nos médias diffusent.

La première lettre de Pierre : une lettre d'espérance en temps de crise !

Puis notre évêque propose à notre réflexion la Première lettre de Pierre, une lettre d’espérance en temps de crise, la « Première Encyclique » apostolique. Très courte : elle se lit en 20 minutes. Tout d’abord, c’est l’actualité de la lettre qui nous frappe : elle s’adresse à des chrétiens de la diaspora, minoritaires et découragés. Elle s’adresse aussi à nous, chrétiens du Val-d’Oise, tentés par le découragement, l’amertume, dans un diocèse pluriculturel et multiconfessionnel. C’est une lettre pour espérer et donner du courage : n’est-ce pas cela la mission essentielle des consacrés ?

Nous le comprenons bien : c’est une lettre d’espérance en temps de crise, une espérance qui repose sur le Ressuscité et qui naît de la certitude d’être aimé. Osons monter dans la barque dont Pierre tient la barre !

Après cette méditation de la première lettre de Pierre, nous laissons la musique du silence chanter en nous pendant un temps personnel de prière, excellente occasion pour découvrir le grand parc et ses secrets.

L’Eucharistie, qui clôt la rencontre, nous rappelle l’importance de l’écoute. Et nous repartons, gonflés d’espérance et fortifiés par la double béatitude de l’Evangile : « Heureux, bienheureux qui écoute la Parole de Dieu, Heureux, bienheureux qui la garde dans son cœur. »

Merci à Mgr Stanislas Lalanne de nous avoir accompagnés, merci au Conseil diocésain de la vie consacrée d’avoir organisé cette récollection contre vents et marées, merci à toutes celles et à tous ceux qui ont contribué au bon fonctionnement de la matinée.

Sœur Bénédicte Ferbach
Divine Providence
ENGHIEN LES BAINS

Octobre 2020

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter