14/08/2018

une

Cinéma Un film en trois parties distinctes pour raconter le destin de trois personnages dont la vie intime est brisée par la volonté politique d'un état, métaphore d'un monstre mythologique qui se nourrit de ce qui le tue.

 

Foxtrot
(Prix œcuménique Fribourg 2018)

de Samuel Maoz
Israël/Suisse/Allemagne/France, 2017, 1h53.
Mention du prix SIGNIS Venise 2017 et prix du jury œcuménique au Festival international des films de Fribourg 2018. Rencontres d'Avignon 2018.
Sortie en France 25 avril 2018

 

1Samuel Maoz construit son film comme un triptyque où chacune des parties peut fonctionner en autonomie, avec un style visuel et un ton propre, et semble détachée les unes des autres. Un film déroutant mais qui impressionne fortement.

La première partie est sans soute la plus éprouvante pour le spectateur. Avec une caméra qui virevolte sur le carrelage géométrique d'une grande pièce décorée en différents tons de gris, avec des pauses sur des tableaux qui inspirent l'enfermement, on entre dans le récit par l'annonce de la mort du fils soldat. A la douleur qui saisit le père, les officiels opposent une procédure qui vise d'abord à étouffer cette douleur, à tenir à distance toute marque de chagrin, à empêcher un individu de penser, à le détourner de sa colère. Avec cette caméra qui se cogne aux murs et au plafond, on ressent physiquement l'étouffement de cet homme qui ne peut donner libre cours à sa stupeur.

La seconde partie nous amène sur le lieu où est consigné le jeune soldat. Cette partie est la plus réussie, tant sur le plan du récit que de sa forme. Dans des coloris ocres, où la nuit semble plus présente que le jour, l'ennui et la boue suintent de concert. Les soldats surveillent une route déserte, dans un lieu improbable, où la baraque métallique qui leur sert de maison, s'enfonce inexorablement dans la fange. Métaphore d'un monde incapable de tenir droit ? Image d'une mission vouée à la perte ? Représentation d'une société bancale ? Le drame survient, presque par inadvertance, par réflexe. Ces soldats sont à la fois terrifiés par leur tâche et la vision qu'on leur a inculqué de l'autre, l'ennemi. Cette partie s'achève par un moment terrible où l'armée vient dissimuler toute trace du drame, empêchant à jamais ceux qui en sont responsables, même involontairement, d'en parler ou de se justifier. Ses auteurs sont condamnés à la culpabilité et à l'amertume. Ce panneau central du triptyque est donc le plus critique envers la politique d'un état qui, invoquant la peur de sa destruction, détruit ses propres enfants.

La troisième partie s'ouvre dans la cuisine où la mère du soldat prépare une pâtisserie. Elle a des gestes minutieux, soucieuse de ne rien oublier de la recette, donnant forme au gâteau comme jadis elle a donné forme à l'enfant. Le père et la mère se retrouvent seuls, à la fois séparés et plus apaisés. La caméra est plus calme, l'image plus réaliste et la scène se déroule dans la pièce qui est le siège de l'intimité et du partage familial. Ils se parlent de Dieu, de culpabilité, les dernières ellipses sont éclaircies. La vie reprend le dessus.

Les tragédies de l'Histoire sont nombreuses et se retrouvent au fil des siècles et des régions du monde. Elles ont toujours une charge émotionnelle très forte pour les individus qui en sont victimes. Samuel Maoz, par une mise en scène qui définit chacun de ses trois personnages, les incarne au delà de leur situation particulière. Au Festival international des films de Fribourg (Suisse), Foxtrot a obtenu le prix du jury œcuménique, accompagné de cet attendu : ''Que transmettons-nous à nos enfants ? Que nous transmettent nos enfants ? Nos traditions et nos conflits. Nos espoirs et nos amours. Au travers d'un film profond composé d'images poignantes et de motifs bibliques, le réalisateur nous raconte, sur un ton tragi-comique, la grande Histoire et les histoires personnelles.''

 

 

Magali Van Reeth
SIGNIS
Avril 2018

 

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

 LES PHOTOS DE
 L'ÉVÉNEMENT
 

La grande Assemblée

trois evangiles audio


le diocèse de Pontoise est sur Facebook

1702denier module

calendrier evenements

samedi 18 août
PÉLÉ VTT - VEXIN
PÉLÉ VTT - VEXIN - Pour lycéens et collégiens Du 18 au 25 août 2018 ...
dimanche 09 septembre
Pèlerinage de Pontoise : atelier "la sainteté en famille, c'est possible"
Dans le cadre du pèlerinage diocésain à Notre-Dame de Pontoise, dimanc...
lundi 22 octobre
PÈLERINAGE DIOCÉSAIN EN TERRE SAINTE

 

Du 22 au 31 octobre 2018

dimanche 18 novembre au dimanche 18 novembre
Cycloshow - Atelier vie affective mère/fille
Atelier vie affective pour les mères et leurs filles de 10 à 14 ans. A...

calendrier formations

samedi 18 août
PÉLÉ VTT - VEXIN
PÉLÉ VTT - VEXIN - Pour lycéens et collégiens Du 18 au 25 août 2018 ...
jeudi 13 septembre
DOCUMENTS CATÉCHÉTIQUES : MODULES « À LA RENCONTRE DU SEIGNEUR »
DOCUMENTS CATÉCHÉTIQUES : MODULES« À LA RENCONTRE DU SEIGNEUR » S’app...
mercredi 19 septembre
ATELIERS DE LANGUES BIBLIQUES
ATELIERS DE LANGUES BIBLIQUES Pour les personnes qui ont reçu une ini...
mardi 25 septembre
ÉTUDE DE L’ÉVANGILE SELON SAINT JEAN
ÉTUDE DE L’ÉVANGILE SELON SAINT JEAN Pour tous. Avec le père Damien ...