Module DMS

000logo dms

22/07/2017

1705arcenciel

Démarche missionnaire synodale Les membres du groupe "Amitié-Espérance-Arc-en-ciel" se sont retrouvés pour un temps de partage autour d'un"Zoom" du livret Saint-Matthieu. Echos.

 

Les membres du groupe "Amitié-Espérance-Arc-en-ciel" (en savoir plus) ont partagé autour  du « Zoom + 1 » du livret Saint Matthieu : un extrait du livre des Actes des Apôtres.
Après avoir lu le passage une première fois, les personnes ont pris quelques minutes de silence pour laisser la Parole les imprégner.
► Lire les échos du partage qui s'en est suivi ci-dessous...

 

Chacun dit ce qui le touche dans le texte

- J’aime voir que les disciples vendaient leurs biens et leurs possessions, partageaient. Tout le monde mangeait à sa faim. Tout le monde faisait en sorte que tout le monde soit bien.
- Oui, c’est bien que ceux qui mouraient de faim aient eu un recours de la part des Apôtres. Ils ont eu pitié d’eux pour qu’ils aient à manger.
- Les Apôtres partageaient en fonction des besoins de chacun. Chez nous, c’est pas demain la veille !
- … surtout vu les programmes politiques…

 

Les Apôtres partageaient en fonction des besoins de chacun. Chez nous, c’est pas demain la veille !


- Ca me rappelle cette conversation avec des religieuses. L’une d’elles n’avait pu se rendre à l’endroit voulu parce qu’elles n’avaient qu’une voiture pour quatre religieuses et ça lui était difficile. Elles parlaient aussi de leur retraite. Certaines avaient une bonne retraite, d’autres une retraite beaucoup plus petite. Elles mettaient tout en commun, mais ça n’arrangeait pas forcément tout le monde !
- Même si on partage, que chacun ne prenne qu’en fonction de ses besoins, ça me parait utopique, même si on peut essayer de le vivre.
- Ce serait très bien si on pouvait vivre comme ça ! Ne consommer qu’en fonction de ses besoins et pas du « m’as-tu-vu ».
- En fait, si les Apôtres y arrivaient, c’est peut-être parce qu’ils étaient assidus à la prière ? Ca aide !
- Moi, ce qui me frappe le plus, c’est le premier verset. Les Apôtres vivent tout ça assidûment.
- Moi, je me demande ce que ça veut dire la crainte de Dieu ?
- Ce qui me touche surtout, c’est « chaque jour, d’un même cœur »… et « chaque jour, le Seigneur leur adjoignait ceux qui allaient être sauvés ». C’est très fort pour moi. Comme dans notre groupe pendant cette journée. On a tous un cœur. Après, quand on repart, on ne ressent pas la même chose. Il y a comme un vide, et quand on vit quelque chose de dur…

 

En fait, si les Apôtres y arrivaient, c’est peut-être parce qu’ils étaient assidus à la prière !


- J’ai aimé « Ils louaient Dieu et avaient la faveur du peuple tout entier. C’est très positif. Le peuple tout entier est favorable. On ne sait pas pourquoi tout le monde le ressent ainsi. Nous ne vivons pas toujours comme ça.
- C’est normal que cette joie s’étende. Quand on est dans une fraternité, on prend des nouvelles, on s’occupe des autres.
- Je trouve que tout ce texte montre l’importance de se décentrer de soi-même, de se considérer sur un plan spirituel, comme enfant de Dieu. Et alors, on est capable de vivre ensemble.
- Je suis frappée du fait qu’il y a beaucoup de « tout » : tous les cœurs, tous les croyants, tout en commun, tous en fonction des besoins, le peuple tout entier
- Les Apôtres étaient assidus à la fraction du pain. Le pain, c’est la base. Il n’est question que de pain dans le texte, il n’y a pas de confiture, ou de crème… Il n’est question que de pain, qui est la base de ce dont on a besoin pour vivre.
- C’est un très beau texte ! Ce serait merveilleux si on pouvait vivre ça !
- J’aime que cette fraternité puisse être vécue aussi par des non croyants.
- Dans le monde d’aujourd’hui, avec la pression que l’on vit, où tout va vite, tout est stressant, je trouve que même si on prie, on le fait individuellement. Quand je vois quelqu’un pleurer, je me sens obligée d’aller vers la personne. Mais elle ne l’accepte pas forcément. Quand je vois une famille prier tous ensemble, ça me rend jalouse..
- Tu idéalises la situation !
- Je trouve aussi… Parfois quand on est avec d’autres, on voudrait justement être seuls.
- N’empêche que j’envie les familles qui sont tous ensemble à la messe
- Tu parles souvent de la famille !

 

Quand on est dans une fraternité, on prend des nouvelles, on s’occupe des autres.


- Oui, c’est pour moi une souffrance perpétuelle ! Je ne vois pas les gens prier ensemble. Je ne parle pas des groupes de prière. Mais quand les gens prient, ils prient seuls. Un jour dans l’église, j’ai proposé un chapelet à une personne. Elle a été choquée et elle est partie. Je ne sais pas si je lui ai fait peur ? Mais j’avais seulement besoin de prier avec elle..
- Oui, mais parfois la personne n’est pas prête.
- C’est vrai. Par exemple, j’ai une cousine malade. J’aimerais aller vers elle mais elle ne le souhaite pas. Alors, je ne peux rien faire d’autre. Je reste dans mon coin et je prie.
- Moi j’ai d’abord remarqué aussi le mot « assidu », « assidûment », comme une invitation. Cette assiduité me manque parfois !
- Ce qui est frappant surtout, c’est ce à quoi il faut être assidu : l’enseignement, la communion fraternelle, la fraction du pain et la prière. L’enseignement pour se laisser éclairer par les frères ; mais il ne suffit pas d’écouter, on est invités à la communion fraternelle, au partage ; et aussi à ces autres nourritures que sont le corps du Christ et la prière.
- Et alors, si nous faisons tout cela, nous pourrons voir les signes de Dieu dans nos vies.
- Les Apôtres, ils ont la faveur de tout le peuple. Ca veut dire que ça se voit !
- Et c’est comme ça qu’on vient à eux, comme le dit le dernier verset.

 

C’est un très beau texte ! Ce serait merveilleux si on pouvait vivre ça !


- Moi, je trouve que ce texte, c’est le soubassement de la démarche missionnaire synodale que nous propose notre évêque : l’enseignement, la communion fraternelle, la fraction du pain et la prière. Pour moi le texte est une invitation à aller aux périphéries. Les apôtres ont « la faveur du peuple tout entier ». Il est question du rayonnement de Jérusalem. Du coup, chaque jour le Seigneur adjoignait ceux qui allaient entrer dans ce mouvement d’amour. Parce que le peuple était reconnu.
- Chacun porte en soi un « je » et un « nous ». Comment porter le « nous », c’est ce que propose la révision de vie de la JOC.
- Ca devait être bien à l’époque.. Tous les croyants étaient ensemble, c’est extraordinaire.. Tout ça est illusoire aujourd’hui !
- Je ne trouve pas. C’est l’Esprit qui met le peuple ensemble, qui parle de Dieu à tous les cœurs. Ceux qui viennent ne viennent pas tous seuls. Quelqu’un d’autre leur dit de venir et les rassemble. Dieu reconnaît les gens par leur nom.

 

Moi, je trouve que ce texte, c’est le soubassement de la démarche missionnaire synodale que nous propose notre évêque : l’enseignement, la communion fraternelle, la fraction du pain et la prière.

 

Puis chacun dit ce qui le touche dans la parole de l’autre

- J’ai retenu le « tout », « tous ». Le peuple tout entier ! Si on fait ça, on touche aux périphéries, ce que nous demande notre Evêque. Alors on est missionnaires. Quelqu’un d’autre leur dit de venir et les rassemble.
- Moi, ça me fait dire que ce gouvernement devrait agir au lieu de dire des paroles en l’air... Laisser les gens sans rien, sans travail, ce n’est pas bien... Si chacun pouvait travailler, tous mettraient leur pierre à l’édifice !
- On est invités à marcher tous ensemble avec le Seigneur. Je remercie toutes ces personnes qui savent écouter les autres, qui prennent patience. Par exemple quand je vais au carmel, je sens une chaleur, je sens la présence de Jésus. Je me sens dans l’espérance d’être tous unis.
- Moi, ce qui m’interpelle, c’est « vendez tout ! ». Qui est prêt à le faire ? levez la main !
- Moi, je ne peux lever la main, mais je peux prendre des résolutions en ce sens. C’est bon ce rappel. Dans ce monde qui va si vite, on se disperse... C’est facile de dire que l’Eglise ne fait pas ceci ou cela. Mais nous en faisons partie. A nous de faire.
- On est pris dans le tourbillon de la vie et on n’est plus centrés sur l’essentiel. Il faut tout le temps y revenir. Partager le pain, c’est essentiel !

 

La prière qui monte de nos cœurs

- Merci Seigneur de nous avoir donné encore aujourd’hui ce temps de rencontre et de partage, ce temps d’écoute de ta Parole.
- Merci pour ce chemin que tu amorces en nous, par les autres.
- Seigneur, je te confie tous ceux qui sont absents
- Merci Seigneur, pour tout ce que nous nous sommes dits ce matin. Peut-être qu’ensemble, on fera des choses concrètes, peut-être qu’ensemble, on sera missionnaires ?
- Merci Seigneur pour ce groupe. Ce qui me touche c’est de pouvoir être écoutée sans jugement. Ce qui me touche c’est la joie. Merci à tous de pouvoir dire des choses difficiles. Merci Seigneur d’être dans la joie.
- Je te prie Seigneur, pour ceux qui n’acceptent pas la main tendue. Merci Seigneur de m’aider à accueillir la personne non accueillie.
- Je devais aujourd’hui être à Paris pour des cours et des partages dans ma communauté. Je ne le peux plus pour le moment, car cela fait trop de déplacements. Je suis là avec vous aujourd’hui et je ne le regrette pas !
- Merci à tous. Depuis l’an dernier le groupe m’a beaucoup apporté. Même si ce sont de toutes petites choses, le fait de savoir qu’on peut être écouté, quel soulagement ! je voulais en témoigner.

 

En savoir plus sur "Amitié Espérance - Arc en Ciel":

Amitié-Espérance-Arc-en-Ciel propose une présence auprès de personnes éprouvées par la souffrance psychique ou liée à un état dépressif.
Le mouvement rassemble des personnes qui témoignent de l’amitié et de l’Espérance au cœur même de leur fragilité. Il se veut un lieu d’accueil, d’écoute, de partage, de rencontres, au travers des expériences de la vie ordinaire.
Il permet de cheminer au sein d’un groupe, composé d’accompagnants et de personnes fragiles. L’isolement peut ainsi être brisé. Le groupe est un espace convivial où chaque personne est accueillie, écoutée... Pour que chacune conserve toute sa dignité et prenne sa place dans la société et dans l’Eglise. 
Ce mouvement diocésain est sous la responsabilité du Service de la Pastorale de la Santé du diocèse de Pontoise.

CONTACT : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
TÉLÉCHARGER LE TRACT

 

Mai 2017

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

000matthieu audio


le diocèse de Pontoise est sur Facebook

calendrier evenements

lundi 14 août
Pardon de Notre-Dame de la Clarté
Pardon de Notre-Dame de la Clarté, à Perros-Guirec. Avec la participat...
mercredi 16 août
SESSION D’ÉTÉ Pour les jeunes adultes.
SESSION D’ÉTÉ Pour les jeunes adultes.►Du mardi 16 au dimanche 20 août...
lundi 21 août
Pélé VTT

Pour collégiens et lycéens

► Du 21 au 25 août 2017

dimanche 27 août
Session de rentrée du conseil épiscopal
Session de rentrée du conseil épiscopal, Maison d’accueil de l’Ile-Bla...

calendrier formations

mercredi 16 août
SESSION D’ÉTÉ Pour les jeunes adultes.
SESSION D’ÉTÉ Pour les jeunes adultes.►Du mardi 16 au dimanche 20 août...
mardi 26 septembre
ÉTUDE DE L’ÉVANGILE DE SAINT MARC
ÉTUDE DE L’ÉVANGILE DE SAINT MARC Formation Pour tous, dans différent...
vendredi 06 octobre
INITIATION À L’ANCIEN TESTAMENT : LE LIVRE DU PROPHÈTE ISAÏE
INITIATION À L’ANCIEN TESTAMENT : LE LIVRE DU PROPHÈTE ISAÏE Deux pro...
samedi 18 novembre
PARCOURS BIBLIQUE NIVEAU 1 (INITIATION) : À LA DÉCOUVERTE DE LA BIBLE
PARCOURS BIBLIQUE NIVEAU 1 (INITIATION) : À LA DÉCOUVERTE DE LA BIBLE ...


module flux-01