1911banniere_site_final.jpg

 

1911bouton web denier orange      

01/06/2020

une 19 avril

Vidéo Proclamation de l'Évangile de ce Dimanche de la Miséricorde, 19 avril 2020 par Mgr Stanislas Lalanne, notre évêque. Suivie de son homélie.

 

Parce que c'est 100% missionnaire, fraternel et vital, je donne au Denier !

 

Proclamation de l'évangile par Mgr Stanislas Lalanne : 

 

Homélie de Mgr Stanislas Lalanne : 

 


 

Homélie de Stanislas Lalanne
pour le dimanche de la divine miséricorde
19 avril 2020


Le passage d’Evangile que nous venons d’entendre nous relate l’expérience fondatrice des disciples.

Expérience fondée sur leur rencontre du Christ ressuscité marqué par les plaies ouvertes de sa passion d’où jaillit la miséricorde.

Je voudrais m’attacher avec vous à la figure si sympathique de Thomas. J’aime beaucoup cette personnalité de l’apôtre Thomas que la liturgie nous fait rencontrer chaque année huit jours après la fête de Pâques. Et nous avons beaucoup à apprendre de lui.

Ce n’est pas pour rien que son nom signifie « jumeau » tant il semble le contemporain de beaucoup de nos questions, mais aussi de nos parcours de foi.

D’abord, il avait raté le rendez-vous précédent !

L’Evangile nous dit que, le premier jour de la semaine, Jésus était apparu aux disciples en déverrouillant les portes et les cœurs de ceux qui étaient tenaillés par la peur. « La paix soit avec vous », leur avait-il dit.

Et le don de la paix devenait la signature du Christ ressuscité à chaque récit d’apparition : la paix est véritablement un fruit de Résurrection. A méditer !

Mais Thomas était absent. Et lorsque les disciples lui racontent leur rencontre avec le Christ ressuscité, Thomas demande des preuves.

On connait cela ! Combien d’entre nous, combien de membres de nos familles, de nos proches ne sont-ils pas dans la situation de Thomas ? Nous cherchons des preuves pour ne pas apparaître comme des naïfs !...

Mais nous passons alors à côté des signes et des témoignages. Des signes et des témoignages qui font appel à notre libre adhésion avec une lucidité nouvelle et avec une compréhension plus profonde de la réalité et des événements. Mais Thomas refuse et veut des preuves. Il doute.

Chers amis, contrairement à l’opinion commune, je ne pense pas que le doute soit nécessairement toujours opposé à la foi.

Je ne parle pas ici du doute systématique, voire idéologique, qui en arrive à transformer le doute en dogme et qui est fermeture à tout chemin de foi.

Mais, dans un monde marqué par tant de fanatismes et d’intégrismes, je pense que le doute, bien compris, peut devenir le meilleur rempart contre une foi qui ne serait que crédulité et contre une religion qui ne serait qu’un bloc de certitudes !

Il nous faut maintenir ces espaces de liberté où le questionnement devient chemin de liberté, chemin de foi.

Mais lorsque le doute se fait soupçon, on crée alors des confusions et des insinuations qui n’ont plus rien à voir avec qu’il y a de positif dans cette attitude d’ouverture et d’accueil.

Le contraire de la foi, ce n’est pas d’abord le doute, mais la peur. Et la foi est souvent un doute surmonté.

Revenons au récit. Vient alors la rencontre du Christ ressuscité avec Thomas. Il répond à la demande de Thomas et l’invite à mettre ses mains dans ses plaies. Non par sur des cicatrices, mais dans les plaies.

Cela signifie que le Christ ressuscité invite Thomas à pénétrer au plus profond de son humanité, jusqu’en sa souffrance.

Le Ressuscité est bien le même que le Crucifié – et cependant tellement différent ! Et ce n’est pas pour rien que, dans les Evangiles, ceux qui ont été les premiers à rencontrer le Christ ressuscité, sont ceux qui l’avaient accompagné sur ses chemins d’humanité.

Certes, la résurrection est radicale nouveauté mais cette nouveauté est encore plus grande lorsqu’elle révèle que c’est l’humanité même de Jésus qui s’en trouve transfigurée.

En ce sens, la résurrection ne vient pas gommer notre humanité. Elle la transfigure et lui révèle ainsi sa véritable dignité.

Et c’est alors que retentit ce magnifique acte de foi de Thomas, tellement fort dans sa concision : « Mon Seigneur et mon Dieu ».

L’Evangile ne dit même pas que Thomas a mis ses mains dans les plaies de Jésus. La reconnaissance de la présence du Christ a fait tomber toutes ses revendications de preuves. Parce qu’ici, on touche à l’essentiel, à la source cristalline de l’amour.

Et cette profession de foi de Thomas permettra à Jésus de nous donner une neuvième et dernière béatitude : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

Chers amis, nous voici invités à entrer dans le mystère,
• là où l’invisible se fait souvent plus réel que le visible,
• là où le désenchantement peut faire place à l’émerveillement,
• là même où le doute s’est ouvert à la confiance.

Et pour conclure, il y a à la fois cette promesse et cette mission du Christ ressuscité à ses disciples : « Recevez l’Esprit Saint. A qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »

Pardon et résurrection sont les deux poumons de la vie chrétienne car ils disent la victoire du pardon sur le mal et de la résurrection sur la mort.

Le mal et la mort, ce sont bien les deux questions ultimes sur lesquelles l’homme n’a cessé de buter et de se casser la vie. Ce sont bien les questions qu’on peut se poser dans cette terrible épidémie qui nous atteint, au plan mondial, et qui fait tant et tant de victimes.

Et voici qu’à Pâques, le pardon et la résurrection nous ouvrent à un avenir où ce sont l’amour et la vie qui triomphent.

Alors, à la suite des disciples, Jésus ressuscité nous invite, nous presse, à nous abandonner avec confiance à son pardon et à sa miséricorde.

Sainte Faustine, à qui Jésus a révélé la fontaine de la miséricorde qui jaillit de son cœur blessé, aimait dire cette prière : « Jésus, j’ai confiance en toi ! »

Que cette prière nous enracine tous, à la suite de Thomas, dans cette foi au Christ ressuscité, dans cette certitude que chaque personne est précieuse aux yeux de Dieu. Amen.

 

19 avril 2020

 

 

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

bouton evangile

trois evangiles audio

bouton accueil

bouton emploi

bouton facebook

je donne col gauche

2005LGS bouton

cal evenement

Dans le diocèse de Pontoise,
tous les événements (célébrations, rencontres, formations, pèlerinages...) sont annulés jusqu'à nouvel ordre.