1612promulgation EC

Enseignement Catholique Jeudi 8 décembre 2016 à Osny, à l’occasion de la promulgation des nouvelles orientations diocésaines, Mgr Lalanne s’est adressé à l’ensemble des communautés éducatives de l’enseignement catholique du Val d’Oise. Ce texte a pour vocation de dessiner « un horizon commun pour unifier la diversité des projets d’établissement et répondre aux besoins actuels de la société ».

 

Cette rencontre est l’occasion pour moi de redire l’importance de l’enseignement catholique :
- non seulement par le nombre d’enfants et jeunes scolarisés dans les établissements catholiques dans notre département (21 000), en hausse constante depuis plus de vingt-cinq ans,
- mais pour l’éducation de ces enfants et de ces jeunes, pour les familles qui nous les confient, pour l’Eglise, pour la société.

Je vous remercie, tous et toutes, pour votre travail, pour votre disponibilité, pour votre engagement. C’est l’occasion privilégiée aujourd’hui de vous manifester toute ma reconnaissance pour la mission reçue et vécue avec passion. J’en suis le témoin depuis ma nomination comme évêque de Pontoise. Oui, depuis plus de trois ans, les multiples rencontres, visites, inaugurations d’établissement, participation et présidence de différentes instances diocésaines… Lors des futures visites pastorales dans le cadre de la démarche missionnaire synodale, nous aurons l’occasion d’en reparler dans les mois qui viennent. Je sais que parfois vous portez des situations difficiles. Je tiens à vous dire mon estime profonde, personnelle et celle de tout le diocèse.

L’éducation est un élément essentiel de la mission de l’Eglise. 

L’éducation est un élément essentiel de la mission de l’Eglise. Elle n’est pas seulement une sorte de service annexe rendu à nos contemporains. Je vais y revenir dans quelques instants. L’enseignement catholique tient et doit tenir de plus en plus dans la mission de l’Eglise. Les écoles catholiques sont partie prenante à part entière de cette démarche missionnaire…

C’est pour cette raison que le directeur diocésain de l’enseignement catholique est nommé par l’évêque. C’est pour cette raison que les chefs d’établissements reçoivent aussi leur mission de leur tutelle respective (avec l’accord de l’évêque quand il s’agit d’une tutelle congréganiste). A propos des tutelles, je redis la véritable richesse de la collaboration entre la tutelle diocésaine et les tutelles congréganistes, avec la belle diversité des charismes représentés dans notre diocèse.

C’est dans cette dynamique, dans cette conviction partagée par chacune et chacun d’entre nous que l’éducation et la formation des enfants et des jeunes est vitale, que nous avons décidé la promulgation d’orientations pour l’enseignement catholique du Val-d’Oise. Cette promulgation représente un acte important pour notre Eglise diocésaine.

Clôturant le jubilé des cinquante ans de notre diocèse, ces orientations engagent nos établissements dans la démarche missionnaire synodale à laquelle j’invite personnellement chacune et chacun d’entre vous. Ce projet s’adresse à l’ensemble des acteurs de l’enseignement catholique : chefs d’établissement, membres des équipes de direction, prêtres, adjoints en pastorale scolaire, enseignants, éducateurs, membres des OGEC et des associations de parents d’élèves.

Comme je l’écris à la première page de ces orientations, il ne s’agit pas d’un programme mais d’un horizon commun pour unifier la diversité des projets d’établissement et répondre aux besoins actuels de la société. L’un des enjeux cruciaux aujourd’hui, c’est la faculté de tous à vivre ensemble dans un dialogue dynamique entre toutes les formes de cultures et les religions.

Une invitation pour chaque établissement catholique d’enseignement à vivre la fraternité

A cet égard, l’Eglise catholique ressent comme de plus en plus important le besoin de ce dialogue à partir de l’approfondissement de sa propre foi en Jésus Christ. C’est une invitation pour chaque établissement catholique d’enseignement à vivre la fraternité en fondant son projet sur le Christ. Une invitation à chaque communauté éducative à travailler ce texte, en s’appropriant son esprit, en relisant l’ensemble de ses pratiques à sa lumière.

Pour terminer cette intervention, permettez-moi de rappeler deux aspects importants de votre mission, deux défis majeurs.

1) L’une des tâches de l’enseignement catholique est de participer à l’éducation des enfants et des jeunes, même si ce rôle revient, bien entendu, en premier lieu à la famille. Eduquer, ce n’est pas seulement transmettre des connaissances, ce n’est pas seulement assurer la réussite scolaire au sens technique des examens et des résultats.
Une œuvre éducative dans laquelle la famille a une place particulière comme premier lieu d’éducation. Mais cette œuvre éducative n’est pas achevée par la famille. Elle se poursuit jusqu’à l’âge adulte grâce à l’école, lieu par excellence de socialisation et d’exorcisation de la violence.

Mais la tâche éducative va encore plus loin : au-delà de la nécessaire transmission des savoirs et la non moins nécessaire acquisition des compétences, elle se doit d’ouvrir les jeunes à l’universel par la culture, seule en mesure de rendre possible le dialogue entre les cultures. L’enseignement catholique y participe de manière très significative.

Mais ce n’est pas le seul objectif. Il s’agit de faire grandir ces jeunes humainement et spirituellement, de les éduquer à la liberté, à la responsabilité, de mettre en valeur la vocation profonde de chacun et chacune.

Au cœur de nos établissements, nous souhaitons que le Christ soit présent.

2) L’école doit ouvrir aux questions du sens, à la question de Dieu. Il y a dans le cœur de beaucoup une aspiration à plus grand, une aspiration au beau, une aspiration à la vérité. L’homme est fait pour plus que lui-même. C’est inscrit en son être.

Dans un monde occidental vivant une sécularisation galopante et connaissant souvent un profond vide intérieur, l’école doit permettre l’ouverture à plus grand.
L’école catholique doit contribuer à apprendre que nous sommes faits pour la vérité, pour la chercher, pour se laisser aimer par elle. 
L’école catholique doit être un lieu permettant de découvrir qu’aimer ne se réduit pas au sentiment immédiat, que la sexualité n’est pas un jeu, que le cœur de l’homme aspire à plus grand.
L’enseignement catholique se doit de mettre en valeur ce que l’on appelle le caractère propre. Le caractère propre, c’est tout simplement que nos propositions s’inspirent du Christ, que notre compréhension de l’homme est éclairée par l’Evangile.

Au cœur de nos établissements, nous souhaitons que le Christ, qui nous révèle l’amour et la miséricorde du Père, soit présent. C’est une des raisons pour lesquelles ces établissements doivent être ouverts aux plus démunis, aux plus pauvres, aux plus fragiles. Je sais que vous y êtes attentifs.

Cela a pour conséquence que les familles sont en droit d’attendre que nous participions à la formation chrétienne de leurs enfants. Pas seulement en partageant notre sentiment sur le Christ, mais en leur proposant le contenu de la foi de l’Eglise.

Les familles qui nous confient leurs enfants pour d’autres raisons que notre foi chrétienne, mais aussi les familles d’autres religions que nous accueillons avec respect et ouverture, doivent savoir qu’elles confient leurs enfants à des chrétiens, dans des établissements qui se réfèrent explicitement à l’Evangile.

Je tiens encore à vous remercier, vous tous qui œuvrez d’une manière ou d’une autre dans l’enseignement catholique. Je suis bien conscient que cette mission est difficile, parfois exigeante, mais aussi très belle et exaltante.

Je vous assure de l’estime et de la reconnaissance du diocèse.

+ Stanislas LALANNE
Evêque de Pontoise
pour le Val-d’Oise

1612promulgation0

1612promulgation1

1612promulgation2

1612promulgation3

1612promulgation4

1612promulgation5

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter