bandeau denier avent2020

05/12/2020

conseil spi

Avec vous... Comment grandir en liberté quand « ça s’impose à nous », « ça coupe tout », « ça nous coupe de tout » ? S’offre alors à nous un véritable enjeu spirituel : de quoi cet évènement peut-il être l’occasion ? Au terme de cette première semaine, trois invitations... Lire la fiche « conseils spirituels » n°1, sur le thème : « Grandir en liberté ».


SEMAINE 1 : Grandir en liberté !

Comment grandir en liberté quand « ça s’impose à nous », « ça coupe tout », « ça nous coupe de tout » ?

C’est vrai, ça s’impose à nous : le virus, la pandémie, les risques d’attentats, le confinement, les mesures de sécurité sanitaire et policière. C’est vrai, ça coupe tout : les rythmes de vie, les habitudes, les repères, les projets, les rendez-vous, l’emploi. C’est vrai, ça nous coupe de tout : de nos lieux de travail et d’engagement, de nos collègues, de nos amis, de nos familles, de nos communautés.

S’offre alors à nous un véritable enjeu spirituel : de quoi cet évènement peut-il être l’occasion ?

Au terme de cette première semaine, trois invitations :

  1. Consentir au réel, lieu où Dieu peut se révéler(1), et non plus subir.
    A la fin de cette première semaine : contempler. Regarder et accueillir la semaine écoulée, telle qu’elle est, telle que je l’ai vécue. Quelles contraintes nouvelles, quelles modifications ? Quels échos, ressemblances ou différences avec la première période de confinement vécue au printemps ?

  2. Décider librement, lieu de croissance spirituelle, et non plus tout abandonner.
    A la fin de cette première semaine : choisir un objectif personnel(2), un gain que cette période aura permis. Comment vais-je mettre à profit cette nouvelle période ? Qu’est-ce que je vais m’offrir (lecture, retraite spirituelle en ligne, marche régulière, temps de silence à l’église …) ? Quelles décisions puis-je prendre pour les mettre en œuvre et ainsi structurer ma journée ?

  3. Être en communion(3), lieu où se bâtit le Royaume, et non plus vivre dans l’isolement. 
    A la fin de cette première semaine : fixer des rendez-vous, se donner des moyens précis pour être en lien avec d’autres, avec sa paroisse, avec des personnes isolées. 

Tout cela avec la « Règle d’or des 3 P » : Petit, Pratique (concret), Possible (immédiatement réalisable) !

► La semaine prochaine : « Des rituels pour donner du goût ! »

Notes :

(1) « Interrogé par un capitaine de gendarmerie sur l'interprétation du verset de la Genèse : « Adam, où es-tu ? » et son rapport avec l'omniscience de Dieu, un rabbi de Saint-Pétersbourg lui répondit de telle manière que l'homme s'en trouva bouleversé et renvoyé à lui-même : « Voilà 46 ans que tu es en vie, où séjournes-tu ? » Il prit alors conscience que c'était lui qui était interpellé et provoqué par la question posée par Dieu. « Où séjournes-tu ? » Question posée à chacun de nous. Habitons-nous vraiment notre vie, telle qu'elle est, à cette heure où nous sommes, dans toute l'épaisseur de sa réalité et toutes les contingences de notre histoire ? Chaque homme est ici Adam et, dans la situation d'Adam, tenté d'échapper à lui-même et à sa vie, de se dérober à la question, de « se cacher ». Aussi longtemps que dure cette fuite, la vie de l'homme ne peut devenir chemin. Adam reconnaît : « J'ai eu peur et je me suis caché. » « Et c'est là que commence le chemin de l'homme » (Martin Buber, Le chemin de l'homme, Le Rocher, 1999, pp 10 et 14).
Tout est chemin. Ne pas fuir. Prendre à bras-le-corps ce réel qui me résiste : le temps qu'il fait, mon état intérieur ou physique et celui de mes proches, le travail pesant ou léger, les rencontres qu'il m'est donné de faire, les autres auxquels je me heurte, l'événement qui contrarie mes projets ou la situation qui m'est imposée par les circonstances, voilà la trame de ma vie, ce qui la rythme et structure, le lieu où Dieu me fait signe. Il me rejoint là et non ailleurs, dans la vie rêvée, la vie projetée. » 
Marie-Thérèse ABGRALL, La grâce du consentement, Revue Christus n°189, Janvier 2001

(2) « Il faut « se fixer un objectif de confinement, une activité constructive qui permet de laisser une trace, comme l’écriture, la peinture… ». Pendant le premier confinement, la lecture a par exemple fait figure de refuge et les ventes de livres ont explosé dès la réouverture des magasins, à partir de juin. » 
Nicolas FRANCK, psychiatre, Reconfinement : comment affronter un « jour sans fin » ?, Journal La Croix, 30/10/2020

(3) « À partir de l’intimité de chaque cœur, l’amour crée des liens et élargit l’existence s’il fait sortir la personne d’elle-même vers l’autre. Faits pour l’amour, nous avons en chacun d’entre nous « une loi d’‘‘extase’’ : sortir de soi-même pour trouver en autrui un accroissement d’être ». Voilà pourquoi l’homme doit de toute manière mener à bien cette entreprise : sortir de lui-même. (…) 
Les gens peuvent développer certaines attitudes qu’ils présentent comme des valeurs morales : force, sobriété, assiduité et autres vertus. Mais, pour bien orienter les actes correspondant aux différentes vertus morales, il faut aussi se demander dans quelle mesure ils créent un dynamisme d’ouverture et d’union avec les autres. Ce dynamisme, c’est la charité que Dieu répand. Autrement, nous ne cultiverions peut-être que l’apparence de vertus, incapables de construire la vie en commun. (…) 
L’amour implique donc plus qu’une série d’actions bénéfiques. Les actions jaillissent d’une union qui fait tendre de plus en plus vers l’autre, le considérant précieux, digne, agréable et beau, au-delà des apparences physiques ou morales. L’amour de l’autre pour lui-même nous amène à rechercher le meilleur pour sa vie. Ce n’est qu’en cultivant ce genre de relations que nous rendrons possibles une amitié sociale inclusive et une fraternité ouverte à tous. (…)
L’amour nous met enfin en tension vers la communion universelle. Personne ne mûrit ni n’atteint sa plénitude en s’isolant. De par sa propre dynamique, l’amour exige une ouverture croissante, une plus grande capacité à accueillir les autres, dans une aventure sans fin qui oriente toutes les périphéries vers un sens réel d’appartenance mutuelle. Jésus nous disait : « Tous vous êtes des frères » (Mt 23, 8). » 
Pape François, Encyclique Fratelli tutti, 3 octobre 2020, n°88, 91, 94, 95

6 novembre 2020

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

bouton evangile

bouton accueil

bouton emploi

bouton facebook

je donne col gauche

cal evenement

samedi 05 décembre
Fraternité des diacres

Rencontre de la fraternité des diacres, avec Mgr Lalanne.

dimanche 06 décembre
Messe à la cathédrale

Messe à la cathédrale, présidée par Mgr Lalanne

mardi 08 décembre
CCFD

Mgr Lalanne rencontre l'équipe diocésaine du CCFD

mardi 08 décembre
Enseignement catholique
Mgr Lalanne rencontre la direction diocésaine de l’enseignement cathol...

 

cal formation

samedi 30 janvier
Consentir à la vulnérabilité
Pour tous Samedi 30 janvier de 9h30 à 17h à la paroisse Notre Dame d...